0

メニュー

SOCIAL ACCOUNT

  • facebook
  • twitter
  • instgram
  • google+
  • youtube
plus

タイトル

テキスト

ボタン

注釈

GRAN MITAKADAI

Interview: Vincent (Gran Mitakadai)

Interviex de résidents de Gran Mitakadai

Bonjour. Pour commencer, pourriez vous vous présenter s’il vous plaît ?
Je m’appelle Vincent, 32 ans. Cela fait un an que je suis venu au Japon .

J'ai travaillé dans une banque en France et je prends un congé sabbatique en ce moment. Je l’ai utilisé surtout pour faire le voyage.

Je suis allé à Kyushu, Kansai et Okinawa. J'ai voyagé comme routard pendant environ 4 mois. Je ne suis pas encore allé à Hokkaido donc je voudrais y aller. J'ai aussi voyagé avec des parents et des amis. J'ai passé deux semaines dans la région de Chugoku avec mon père.

Comment cela s’est passé votre premier voyage au Japon ?
Je suis venu au Japon pour la première fois en 2015, mais j'ai toujours voulu revenir. Je suis venu deux fois dans le passé, le premier était un voyage de 10 jours et le second était un voyage d'affaires.

C’est pour cela que je voulais revenir au Japon pas en tant que touriste mais je voulais avoir des expérience de la vie quotidienne japonaise. Le Japon va bien avec les routards. Il y a un Shinkansen, un bus et des sharehouse. Et il y a une grande hospitalité.

Quand j'ai décidé de faire une pause dans mon travail, j'hésitais entre faire le tour du monde et aller au Japon. Avec le temps je commençais à connaître mes sentiments “ Je veux aller au Japon.” Cependant, je pensais que l’accès avec un visa touristique serait légèrement limitée. Je voulais vivre à la fois les voyages et la vie quotidienne.

Comment saviez vous le visa de vacance travail ?
Lorsque je suis venu au Japon pour la première fois, j’ai rencontré un français qui était venu au Japon avec le visa vacance-travail. L’existence de tel système de visa m’a bien étonné. Quelques années plus tard, un autre ami à moi est allé à Canada avec le visa vacance-travail,et il m'a enseigné son expérience de sa vie en visa vacance-travail.

Il fallait montrer le passeport ainsi que le relevé de compte bancair à l'ambassade du Japon puis faire un plan pour ce que je voudrais faire au Japon. Ils nous demandent de vérifier les coûts pour tout ce que nous voudrions faire. Nous devons faire correspondre notre plan avec notre relevé de compte bancair. Il a fallu environ un mois pour collecter tous les documents requises.

Que pensez-vous de Oakhouse ?
Il y a des gens qui écrivent parfois des plaintes sur des babillards lors de leur déménagement. Il est possible que vous soyez en conflit avec d’autres résidents qui ne respectent pas les règles.

Oakhouse possède de nombreuses résidence avec différents conforts et loyers, vous serez donc sûr de trouver celui qui vous convient. De plus, vous pouvez payer par carte de crédit, vous n'avez donc pas besoin d'ouvrir un compte bancaire japonais.

J'ai entendu dire par un ami qui vit en vacances-travail et qui séjourne dans un sharehouse d'une autre entreprise qu'un nettoyeur ne vient à la résidence qu'une fois par mois. Mais ici, à Gran Mitaka-dai, le nettoyeur vient deux fois par semaine! Donc, c'est toujours propre et bien rangé, et c'est confortable d'être dans le salon ou la cuisine même juste après de m’être levé.

Comment avez vous étudié le Japonais ?
Quand j'étais en France, j'ai eu un professeur de japonais et j'ai parlé d'aller au Japon. J'ai demandé: "Je vais au Japon pendant 4 mois, alors apprenez-moi quoi que ce soit même les bases!" Il m’a appris d’abord “Hiragana” “Katakana” et puis une peu de grammaire et c’est ce qui est le plus important pour apprendre le Japonais. Car après d’êtres venu au Japon, je pouvais commencer à étudier par moi même avec un manuel pour les débutants.
J'étudiais désespérément pendant un mois avant le test, pensant essayer de passer le test de compétence en japonais (JLPT) niveau 5 et réussi!



Qu’est ce que la classe de “communication”?
Maintenant, j'étudie le japonais dans un cours de communication. Nombreux bénévoles japonais prennent leurs temps afin d'enseigner le japonais pour les étrangères comme nous. Comme c’est le bénévole, les styles des enseignants varient. Certains enseignants utilisent des manuels, tandis que d'autres ne font que la conversation. S'il y a un professeur qui vous plaire, vous pouvez continuer avec ce professeur. C'est bon marché et il répond très soigneusement aux questions.

Lorsque je suis allé à l'hôtel de ville pour enregistrer ma carte de séjour, un employé parlait l’anglais et m'a beaucoup aidé, deplus il m'a donné une liste de cours communautaires.

Celui qui était plus dur pour moi était décidé de déménager au Japon et puis de l’agir.

Lorsque vous êtes dans votre pays d'origine, vous avez une famille et vous pouvez avoir un/une copine. Bien sûr, aussi le travail. C'est pourquoi nous reportons notre départ à l'étranger. La limite d'âge pour les vacances-travail est de 32 ans, mais j'ai postulé à l'âge de 31 ans. Maintenant je me dis que j’aurai du faire plus avant ! Mais après tout, je sais que c’est difficile de bouger le cul quand nous sommes dans un environnement confortable.

Le conseil de ma part est d’accomplir ce que vous avez décidé. Vous pouvez penser à vos buts et objectifs plus tard. Le point commun des gens qui aimeraient vivre dans un pay étrangère mais ne le font jamais dans sa vie est d’essayer de décider le but depuis le début. Si vous attendez juste cette étincelle d'inspiration pour faire quelque chose, vous ne ferez rien finalement, je pense. Le but vous suivra plus tard.
Tout d'abord, demandez un visa, donner à votre patron de «Démission», puis réfléchissez à ce que vous voulez faire, et à ce que vous voulez gagner grâce à cette expérience!