Pourquoi a-t-il créé une entreprise en vivant dans une sharehouse ?

0

メニュー

SOCIAL ACCOUNT

  • facebook
  • instgram
  • youtube
plus

タイトル

テキスト

ボタン

注釈

OAKHOUSE KICHIJOJI 2

Interview : Joon-san (OAKHOUSE KICHIJOJI 2)

Pourquoi a-t-il créé une entreprise en vivant dans une sharehouse ?

De plus en plus de japonais ont commencé à vivre dans les sharehouses. Il y a également des couples en sharehouses.

Avez-vous déjà vécu dans une résidence à partager ? Quel genre de personnes y habite ?
Combien d’intimité peut-on avoir ? Comment peut-on sortir les déchets ? Les questions pourraient être sans fin.

Chaque sharehouse, il y a de tout plein de gens, qui viennent de pays différents, font des boulots différents.

Dans cet article, nous avons interviewé Joon Han Yi, qui vit dans la résidence OAKHOUSE KICHIJOJI 2. Joon est originaire de Corée du Sud. Il y a 2 ans et demi, il est venu au Japon pour travailler dans le bureau japonais Booking.com. Après cela, en novembre 2017, il y a créé le magasin de grains de café Cotteaà Omotesando.

Joon

Pourquoi as-tu choisi d'emménager dans une résidence partagée ?

Je voulais vivre dans une sharehouse au Japon. Après avoir trouvé un emploi, j’ai commencé à chercher un logement. J’ai pu trouver une chambre disponible de la sharehouse OAKHOUSE KICHIJOJI 2 et j’ai donc décidé d'y emménager.

Le manager m'a fait visité la sharehouse. La KICHIJOJI 2 est une résidence calme qui me va à merveille et j'ai beaucoup aimé l'atmosphère de la maison.

Alors, comment est la vie ici ?

J’habite ici depuis deux ans et demi et je n'avais pas prévu de rester aussi longtemps. Il y a cependant beaucoup de résidents très sympa et j'ai arrêté de penser à déménager !

Parles-tu avec d'autres personnes dans la sharehouse ?

Je vois d'autres personnes vivant ici tous les jours. J’ai beaucoup d'occasions de leur parler dans la cuisine. On organise souvent des soirées.

Quel genre de soirées ?

On a organisé une soirée de gyoza, par exemple. Quatre ou cinq personnes ont fait des gyozas à la résidence. C’était une petite fête intime. Mais, j’aime vraiment les petites fêtes comme ça.

Cuisiner ensemble

Pourquoi as-tu lancé ton entreprise ?

Je voulais lancer une entreprise avant d’arriver au Japon. Mon père dirige une petite entreprise vendant du thé chinois en Corée du Sud. J'ai donc toujours voulu faire quelque chose comme ça. J'ai pu créer ma propre entreprise vendant du café en grains grâce à l'aide des personnes que j'ai rencontrées au Japon.

Pourquoi as-tu lancé ton entreprise en vivant ici ?

Au début, j’avais l’intention de déménager tout de suite. Mais, mes colocataires me demandaient toujours comment ça se passait ou s’ils pouvaient m'aider. Il y a quelques personnes vivant ici qui m’aident avec leurs idées. J'ai donc arrêté de penser à déménager !

Des grains de café soigneusement sélectionnés. Cottea à Aoyama.

Comment vos colocataires vous ont-ils aidé ?

Une française nommée Maude, créatrice de sites Web, vivait ici. Elle me demandait si elle pouvait faire quelque chose pour m’aider. Elle était si gentille et designer Web, alors je lui ai demandé de créer le logo de la marque et la conception du site Web.

Logos de marque par Maude

Il y avait une personne qui travaillait dans une entreprise qui gère le crowdfunding. Je l’ai utilisé et j’ai pu rassembler les capitaux nécessaires. Cette personne est également un éditeur de Web et m’a aidé pour le marketing Web.
Il y avait aussi un scénariste qui vivait dans la sharehouse. Ils m’ont donc aidé à bien écrire sur la marque.

Il y avait aussi un dramaturge qui vivait dans la sharehouse. Ils m’ont donc aidé à bien écrire sur la marque.

Tout le monde t’a aidé !

Oui, vraiment. Il y a une autre chose. J’ai acheté une machine industrielle pour rôtir les grains de café, mais mon magasin n’était pas encore prêt et il n’y avait nulle part où la déposer. Un de mes colocataires dit que je pouvais la stocker temporairement chez ses parents. Il était sérieux ! Je n’avais vraiment pas d’autre choix, j’ai donc décidé d’y la déposer.

Espace de dégustation du Cottea à Aoyama

Ses parents m’ont laissé utiliser leur maison pour la stoker. Ils étaient vraiment très gentils. J’ai utilisé ce bureau pendant deux mois et demi et ils étaient comme ma famille. De temps en temps, je vais chez ses parents pour les voir.

C’est bien ! Je comprends, c’est pourquoi tu as arrêté de déménager !

Oui, je n'aurais pas démarré cette affaire sans sharehouse !

J'ai l'impression que tu as rencontré beaucoup de gens qui viennent de pays différents dans la sharehouse. Quelles sont leurs nationalités ?

J’ai rencontré beaucoup de personnes de différentes nationalités : France, Egypte, Italie, Amérique, Suisse, Allemagne, Singapour, Chine, Thaïlande, Lituanie etc. Je parle souvent l’anglais dans la maison à partager et cela ressemble de vivre à l’étranger. Cela m'a permis d'élargir mes horizons !

As-tu des conseils pour les personnes intéressées par une résidence à partager ?

Même si vous êtes seulement un peu intéressé, je recommande vraiment de l'essayer et d'y emménager un peu. J'espère que vous allez au moins venir voir la maison pour que vous puissiez faire ce premier pas !

OAKHOUSE KICHIJOJI 2 :
https://www.oakhouse.jp/house/157