Je peux faire tout mon travail dans la résidence partagée. Un comédien et musicien partage ses techniques de travail logique.

0

メニュー

SOCIAL ACCOUNT

  • facebook
  • twitter
  • instgram
  • google+
  • youtube
plus

タイトル

テキスト

ボタン

注釈

SOCIAL RESIDENCE HANAKOGANEI

Interview: Alec (Social Residence Hana-Koganei)

Je peux faire tout mon travail dans la résidence partagée. Un comédien et musicien partage ses techniques de travail logique.

De nos jours, beaucoup d'étrangers veulent vivre et travailler au Japon à long terme. Les contrats sont cependant presque toujours en japonais. C'est pourquoi de nombreux étrangers utilisent les services comme Oakhouse.

Pour notre sixième interview des résidents d'Oakhouse, nous avons interviewé Alec Shea, l'un des résidents à Social Residence Hana-Koganei. Alec vient d’Australie et travaille en tant qu'acteur et compositeur indépendant.

Nous l'avons interviewé concernant sa vie à la résidence.

Je peux faire tout mon travail dans ma chambre

Que faites-vous dans la vie ?

Je travaille en freelance.

La plupart de mon travail de voix off vient de l’Australie, mais j’ai des clients partout dans le monde. Je parle l’anglais avec un accent australien. C’est donc l’un de mes points forts.

Mon salaire est versé sur mon compte bancaire australien. J’utilise cependant cet argent pour vivre au Japon.

Je fais beaucoup de choses, comme composer de la musique pour des jeux vidéo ou voix-off pour jeux vidéos, animés et publicités. Ma voix est également utilisée pour des manuels d'anglais. Je peux faire tout mon travail dans ma chambre de la résidence.

Vous pouvez même enregistrer de la voix dans la résidence à partager ?

Oui. Quand j’habitais en Australie, j’avais du matériel de studio professionnel, mais actuellement, je n’ai pas de matériel spécialisé. J’ai étudié l'ingénierie du son à l'université. Je peux donc réaliser des enregistrements de haute qualité sans matériel spécialisé. Je tiens le microphone et le pied de micro et couvre la tête avec couverture. Cela me permet d’éviter les bruits extérieurs. En étant dans une chambre de la résidence, ce n'est pas la situation idéale, je réalise des enregistrements sonores.

Bien sûr, ce n'est pas nécessairement confortable dans une couverture. Mais ce n'est pas vraiment un problème. C’est fini en quelques minutes.
Une fois, lorsque j’ai enregistré un livre audio australien d’une durée de 4 à 6 heures, j'ai passé quelques jours dans ma chambre avec la couverture. C’était dur !

L'utilisation de la couverture me permet d’avoir une bonne qualité de sonore. Par exemple, la voix pour jeux vidéos est parfois modifiée selon les personnages utilisés. Pour modifier la voix enregistrée, l’enregistrements sans réverbération est nécessaire. Si je me couvre avec une couverture, je peux le faire. Il n’est donc pas nécessaire d’acheter des panneaux acoustiques de 10000 yen pour moi. Donc si j'ai une couverture et un environnement calme, je peux enregistrer n'importe où.

Faire de la musique de jeu dans la résidence partagée

Vous composez également de la musique dans la maison à partager ?

Oui. J’ai besoin d’une couverture pour enregistrer la voix, mais pour composer de la musique, je peux le faire n’importe où, même dans un avion.

J'ai composé la musique du jeu "Learn Japanese to Survive". C’était une musique originale durant plus de 3 heures. Vos ennemis dans ce jeu sont “la langue japonaise”. Si vous ne pouvez pas lire le kanji ou l’hiragana, vous subirez de dégâts. C'est ce genre de jeu.

Dans ma chambre, j'ai un clavier électronique, une guitare, un échantillonneur et un logiciel de création musicale. Même si je ne peux pas jouer du violon ou du violoncelle, je peux trouver des sons qui ressemblent à ces instruments.

Augmenter les opportunités de freelance grâce à la résidence partagée

Comment avez-vous pu avoir un style de vie flexible Japon?

Bien sûr j’aime le Japon, mais à vrai dire, je suis venu ici pour le travail. Beaucoup de jeux vidéos et d’animés sont fabriqués au Japon. Il existe également une version anglaise. Si j’améliore mon japonais et je me fais plus d’amis japonais, je pourrais rencontrer de nouveaux clients et avoir plus de projets.

Un de mes amis m’a présenté une entreprise japonaise de jeux vidéo. Ils voulaient s'étendre à l'étranger. Je les ai donc aidés à conclure des contrats avec une entreprise étrangère.

Est-ce que la vie en sharehouse vous a aidé à apprendre la culture japonaise ?

Dans une résidence à partager, il y a beaucoup de japonais qui ont vécu à l’étranger. Il y a donc des gens qui m’aident à comprendre la culture japonaise. Je pense que c’est un avantage à vivre avec des colocataires. En fait, il y a des choses qui seraient impolies au Japon, même si cela est normal en Australie. Les colocataires japonais comprennent les différences culturelles et m’ont gentiment aidé pour travailler au Japon.

Quels sont vos projets pour l'avenir ?

Il y a beaucoup de japonais ici, mais aussi des gens d’autres pays. Je ne suis pas allé à beaucoup dans beaucoup de pays étrangers, mais maintenant, j’ai des amis d’autres pays et j’aimerais donc visiter leurs pays.

Il est possible que je puisse rencontrer des personnes que j’ai rencontrées au Japon si je voyageais dans leur pays. J’aimerais trouver d’autres lieux de vie dans leur pays.

Merci à:Alec Shea

Vous pouvez vivre et travailler n’importe où dans le monde ! Merci pour aujourd’hui !