0

メニュー

SOCIAL ACCOUNT

  • facebook
  • instgram
  • youtube
plus

タイトル

テキスト

ボタン

注釈

TOKYO SHARE ASAKUSA HONJO

Interview:Matsuoka-san (TOKYO SHARE ASAKUSA HONJO)

Pourquoi le sharehouse est un bon choix de vie minimaliste

Ce qui nous arrive souvent quand nous visitons dans un appartement, c’est d'acheter des articles qui s'accumulent comme des appareils électroniques et des meubles, qui nous empêche de déménager facilement parce que cela coûte cher de demander aux entreprise de déménagement. En sharehouse, non seulement du matériel de base, comme des lits, bureaux, machines à laver et réfrigérateurs sont disponibles, mais également un logement en colocation qui vous permet de vous affranchir du coût initial et de la durée du contrat. C’est pour cela que les sharehouses attirent l'attention comme “l’endroit qui vous permet de mener la vie minimaliste “


C’est la 7ème interview de résident d’Oakhosue. Cette fois nous avons fait une interview à Maiko Matsuoka-san qui habite actuellement à TOKYO SHARE ASAKUSA HONJO et qui déménage souvent pour son travail et qui envisage de vivre à l'étranger à l'avenir
Nous lui posons la question à propos de la “vie minimale” où nous pouvons vivre avec un minimum de choses.

Je ne voulais pas de choses qui m'empêchent de changer ma vie

Pourriez-vous nous faire part de l'opportunité qui vous a conduit à commencer à vivre dans un sharehouse.

Pour dire simplement, je voulais vivre légèrement. Quand j'habitais dans un appartement, je m'installais bien, j’avais mon propre temps, des fois j’invitais même des amis etc , franchement le fait de vivre seul me plaisait bien. Par contre, une fois que j'ai commencé à vivre dans un appartement, au fur et à mesure que mes affaires augmentent, je me suis aperçu qu’il n’est pas facile de déménager dans d'autres endroits et de changer le style de vie.

Je n'avais pas spécialement de grands meubles mais, mais les choses s'accumulaient sans y faire attention comme des appareils électroniques, des meubles, des vêtements etc.
Je pense que ces ennuis arrivent à presque toutes les personnes qui habitent dans un appartement. C'est bien si vous ne déménagez jamais dans votre vie, mais la plupart des gens sont forcés de le faire au moins une fois.

J’ai un épisode qui m’a permise de me rendre compte que trop de choses devient une contrainte. En raison du travail, j’ai eu occasion de déménager et je devais chercher un appartement. Par contre j’avais tellement de choses qu'il me fallait trouver un appartement avec beaucoup de stockage si je voulais tout apporter dans le nouveau. Le problème est que si j'essaye de vivre dans un grand appartement afin de pouvoir stocker mes affaires, le loyer était assez cher.

Si vous êtes dans la campagne, vous ne serez pas dans la difficulté de trouver un appartement avec plein de stockage même avec le budget limité, mais à Tokyo si nous essayons de trouver un appartement en accordant de l'importance à la taille du stockage, le loyer augmentera. Dès fois, bien que j’aie pu trouver des appartement qui m’ont bien plue, leur petite quantité de stockage m’a fait renoncer à le louer.

Après cela j’ai eu encore un plus grand problème. J'ai soudainement démissionné et ai de nouveau déménagé de Tokyo à Osaka. Comme c’était pour trois mois, j’ai décidé de prendre un appartement en court séjour. Il était impossible d'apporter tous mes affaires avec la taille de la chambre. Faute de mieux, j’en ai déposé la moitié dans un self-storage que j’ai loué. Au début le fait que je doive vivre avec la moitié de mes affaires m’inquiétait vraiment, mais une fois que j’ai commencé à mener cette vie, je n’avais aucun problème.

Depuis ce moment là, j’ai commencé à penser ” je voudrais vivre sans chose ni lieux qui me dérangent.
Du coup le sharehouse, qui est garnie des appareils électroniques et des meubles et qui nous permet de diminuer les affaires personnelles s’est fait une place sur moi en tant qu’un choix de vie. J'ai pu entendre l'histoire d'un ami qui habitait dans un sharehouse, alors je pense que c'était bien d'avoir une image concrète de la vie de sharehouse.

Avez-vous trouvé un inconvénient lorsque vous avez quitté la vie seule pour vivre dans un sharehouse ?

Je pense que tous les sharehouse sont presque pareilles. Ils ont des lieux communs comme cuisine, salle à manger, salle de bain ainsi que les chambres privées.

Même si c’est la vie en commun, nous pouvons avoir des espaces privées donc quand j’ai envie de parler avec quelqu’un, il me suffit d’aller à la salle à manger en commun ou quand je voudrais être seule, je reste dans ma chambre. Une bonne surprise dans le sharehouse, c’était plus calme que je ne l’avais pensé au début. Du plus dans ma résidence, il y a plusieurs de machine à laver et d'installation de cuisine, ce qui fait que je me confronte rarement avec les autres.

Nous n’avons besoin de ni faire le contrat de longue durée, ni entamer des procédures pour le service de l’eau,le gaz, électricité, internet etc Cela m’a fait pensé que le déménagement était assez facile.

Vie en Sharehouse qui donne l'opportunité de jeter des choses

Après d’avoir commencé à vivre dans votre résidence actuelle, quelle genre de chose vous avez jeté concrètement ?

La chambre privé dans ma résidence se compose d’une pièce unique. de sorte que l'espace de stockage est étroit par rapport à l’appartement où je vivais auparavant. Cependant la vie avec un espace limitée est une motivation afin de jeter des choses dont je n’ai plus besoin.

En fait ce que je possède est beaucoup moins par rapport à avant. Étant donné que la chambre est garnie de meubles, lit et électroménager, je n'avais plus besoin de avoir les miens. À la place de matelas que j'avais eu pour des amis qui visitaient mon appartement, j’ai maintenant un sac de couchage qui peut se plier en tout petit. J’ai même jeté des ustensiles de cuisine, je n’en avais eus plus que besoin car dans le sharehouse, il y en a plein en commun. Je n'avais plus besoin de machine à laver ni du four à micro-ondes. Je me suis aussi débarrassé de vêtements, de chaussures et de sacs que je ne portais pas.


Comme je viens de Hiroshima, j’avais un plaque chauffante afin de faire des Okonomiyakis. Chaque fois que je déménageais, je l’emmenais dans de nouveaux appartements. Mais en réfléchissant bien , je ne l’utilisait que une où deux fois par an car je n’avais pas de bonne occasion pour ça. Lorsque je réfléchissais à ce qui pourrait être réduit, avec deux poêles à frire, je pourrais préparer un okonomiyaki. Même sans plaque chauffante, je n’ai pas des difficulté en fait.

Pas de choses, plus proche à l'étranger

Avez vous des occasion de communiquer avec des étrangers ?

Je dirais que ce sharehouse se situe au milieu entre le Japon et les pays étrangers. Dans mon époque scolaire, j’ai fait mon étude en Italie, et je souhaitais vivre dans un lieu qui me permet de toucher différentes cultures.

Du coup j’ai des occasion de parler en anglais où en italien avec des autres résidants, puis je peux me sentir un peu dépaysé

J’envisage de vivre dans un pays étranger un jour. C’est pour cela je voudrais avoir moins de choses autour de moi afins d’aller à l’étranger tout de suite dès qu’il y aura une opportunité.
Il ne me reste plus qu’à poser mes valises. Je suis en train de préparer une nouvelle vie à l'étranger.

Maiko Matsuoka
Née à HIroshima. Pendant ses études à l’université de la langue étrangère Kansai, elle a fait un an des études à Milan en Italie.